PUBLIC DISTURBANCE

CITY WORM

INFLATABLE NIGHT ANIMAL

Perturbant l’espace, le fonctionnement, les réseaux de la ville, le City Worm se nourrit et s’imprègne de l’histoire des lieux pour s’activer.

Interagissant avec le contexte, sa réalité, ses imaginaires, il en dissipe des fragments – sonores, visuels, sensitifs, pour générer de nouvelles expériences.

Présent à l’échelle de la ville, il se pratique à l’échelle du corps. Le « ver » et sa respiration investissent pour cette nuit à Metz la rue de la Baue. Déployant son volume dans cet interstice, il instaure un jeu de force poétique entre sa légèreté, son apparente fragilité et l’architecture de pierre. Contraint par les façades, le City Worm phagocyte et imprègne cette portion d’espace public que sa présence fantomatique et luminescente engage à expérimenter autrement.

Date de réalisation : 2011

Lieu : Metz (57)

Commanditaire : Nuit Blanche

  • Réemploi 80%
  • Participation 0%

CHANGER LE REGARD HISTORIQUE

Le City Worm propose une réinterprétation du passé historique de la rue en jouant sur son passé « morbide ». Menant auparavant vers un cimetière, elle mène aujourd’hui à un boulevard, symbole de flux urbain, et par extension du phénomène urbain.

Il s’agit d’expérimenter le passage que «les morts» effectuaient par la rue de La Baue, mais sous un nouveau format, celui de la traversée d’un gonflable fluorescent.

Cette installation propose donc d’expérimenter autrement l’idée du passage en détournant son passé historique : aller vers la vie plutôt que vers la mort. Traverser le Worm, n’est pas d’une ascension vers le paradis, mais une plongée dans le réel, celui de la ville et de son potentiel.

Entrer dans la ville pour y revenir autrement : le temps d’une nuit, c’est là une invitation à passer hors les chemins et les hauteurs balisés. La ville devient alors support d’expérience improbable.