Icone

Icone

UNE PLACE PIÉTONNE

EXPÉRIMENTER LE PROJET URBAIN

EN ATTENDANT LE CHANTIER

Installation temporaire

La Ville de Montreuil a lancé le projet de rénovation de la Croix-de-Chavaux et de ses abord.
Les habitants et usagers sont invités à s’exprimer sur le «plan guide urbain participatif» à travers des moments d’échanges, de rencontres, d’évènements et de nombreuse activités organisée sur « La place est à nous »

Événement estival

L’aménagement temporaire de l’avenue Paul-Langevin de juillet à septembre 2017 est une première préfiguration de la transformation de la Croix-de-Chavaux, cœur battant de Montreuil.
Elle permet de tester des hypothèses de projet, et notamment la piétonisation d’une partie de la place pour la rendre plus agréable à l’ensemble des usagers et plus vivante.

 

KIOSQUE D’ENTRÉ DE LA PLACE

Définir l’identité d’une démarche

Sur la base des propositions de YA+K, l’identité de la démarche d’expérimentation est construite autour du cône de chantier.
Dans l’imaginaire du citadin, le cône annonce le chantier, qu’une portion de la ville est en train de muter, d’évoluer et de s’adapter aux nouveaux besoins du territoire. Le cône devient alors le symbole de l’espace public en transformation.

Ici, la ville en transformation est un axe de circulation une avenue qui est aujourd’hui dominée par l’automobile mais où demain le piéton primera.

Le cône annonce alors ce changement de rapport de force entre le piéton et l’automobile.

 

Date :  Juin – septembre 2017

Lieu : Croix-de-Chavaux, Montreuil (93)

Contexte : Réaménagement de la Croix-de-Chavaux

Missions :
– Conception et réalisation d’une installation artistique

-Identité visuelle

Commanditaire : Mairie de Montreuil

Associés: Anyoji Beltrando,Ville Ouverte, Quatorze, la Graffiterie

Partenaires : Initiatives Solidaires

Presse : «Traits urbains», septembre 2017.

La Place est à Nous

 

  • Réemploi 80%
  • Participation 100%

Vidéo du montage de l’installation, lancement de l’évènement.

 

FIR

FIR

QUESTIONNER PAR L’ACTION

FIR

FORCE D’INTERVENTION RAPIDE

Objet à forte valeur symbolique tant sociale (inclusions, exclusions, limites, …) que politique (contrôle, coercition, maitrise des occupations temporaires à valeur festive ou revendicative), la barrière anti-émeute est ici utilisée pour produire un dispositif qui possède à la fois un intérêt plastique (réflexions sur la définition d’une sculpture dans l’espace public) et une valeur performative (la production d’une installation dans l’espace public en tant que « manifestation »).

L’espace public, lieu par excellence de la confrontation et de l’altérité, incarne ce qui fait société.

Date de réalisation : du 10 au 16 mars 2014

Lieu : Place de la Liberté, Brest (29)

Commanditaire : EESAB, École Européenne Supérieure d’art de Bretagne

  • Réemploi 100%
  • Participation 100%

WORKSHOP

Le temps d’une semaine, les étudiants de l’Ecole Européenne Supérieure d’Art de Bretagne ont été invités à réaliser une installation « monumentale » et « réversible » dans un espace public symbolique de la ville (la Place de la Liberté) avec un matériau emblématique de la gestion de l’espace public et de ses usagers : la barrière anti-émeute.

 

A l’issue de l’événement, les 200 barrières et les sangles composant l’installation sont restituées en l’état, l’installation étant ici autant un processus collectif, la production d’un « objet public », que celui d’une performance.