ANCIENNE USINE

ANCIENNE USINE

« Des jeunes urbanistes dans vos territoires »

Comment esquisser les grandes lignes d’un programme d’aménagement, dans le cadre d’un PLU en cours d’élaboration ?

L’objectif est d’enrichir un projet ou un enjeu territorial identifié. Les experts mobilisés sont tous issus des lauréats du Palmarès des Jeunes Urbanistes 2016.
Ces professionnels ont été distingués pour leur manière inventive de créer la commande en prospectant en milieu rural ou dans les petites villes, de proposer des interventions éphémères, du micro-urbanisme, des interventions artistiques et sociales, de se rapprocher des usagers, de créer du lien entre les acteurs opérationnels et les citoyens, etc.

Date de réalisation : 2017

Lieu : Mauges-sur-Loire, Maine-et-Loire, France

Commanditaire : Ministère du Logement et de l’Habitat Durable, DDT du Maine-et-Loire et le CAUE 49

 

 

ANALYSE, PROPOSITION, SCÉNARIOS

VISITE DU SITE, RENCONTRES AVEC LES ACTEURS OPÉRATIONNELS ET ANALYSE DU TERRAIN

CHAMPS DE FOIRE

CHAMPS DE FOIRE

« Des jeunes urbanistes dans vos territoires »

Comment assurer l’appropriation par la population des choix qui seront faits en matière d’aménagement du centre-bourg ?

L’objectif est d’enrichir un projet ou un enjeu territorial identifié. Les experts mobilisés sont tous issus des lauréats du Palmarès des Jeunes Urbanistes 2016.
Ces professionnels ont été distingués pour leur manière inventive de créer la commande en prospectant en milieu rural ou dans les petites villes, de proposer des interventions éphémères, du micro-urbanisme, des interventions artistiques et sociales, de se rapprocher des usagers, de créer du lien entre les acteurs opérationnels et les citoyens, etc.

Date de réalisation : 2017

Lieu : Gannat, Allier, France

Commanditaire : Ministère du Logement et de l’Habitat Durable, DDT de l’Allier et le CAUE 03

 

 

 

PROPOSITION D’AMÉNAGEMENT DU CHAMPS DE FOIRE ET SES ABORDS

VISITE DU SITE, RENCONTRES AVEC LES ACTEURS OPÉRATIONNELS ET ANALYSE DU TERRAIN

CAPLA

CAPLA

AMÉNAGER PAR L’ACTIVATION

FAITES LA PLACE

REPENSER LES USAGES

Dans le cadre du dispositif Réinventons nos places, la Ville de Paris a missionné notre groupement afin de mener une réflexion partagée des pratiques de la place autour des usages existants, des activités souhaitées et des fonctionnalités à développer.

Le redéploiement du marché dans la rue voisine va libérer le cœur de place et en même temps créer une sensation de vide. Notre positionnement est de s’appuyer sur les potentiels de proximité, les acteurs locaux pour activer cet espace et y déployer une nouvelle offre culturelle et sociale des usages.

CAPLA : OBJET ARCHITECTURAL, OUTIL D’IMPLICATION CITOYENNE

La mise en place du CAPLA et sa transformation plastique a été une geste fort qui a permis de démarrer notre mission en mobilisant les habitants de la place. Il est aussi objet, geste à la fois architectural mais également plastique afin de signifier une centralité active de la place.

Approprié par les habitants et les acteurs locaux, le CAPLA devient un point attractif et repositionne l’humain, la convivialité, ainsi que la rencontre au centre de la place jusqu’à présent relativement délaissé.

Date de réalisation : 2016

Lieu : Place des Fêtes, Paris (75)

Commanditaire : Ville de Paris

Associés : Ecouter pour Voir (atelier graphique Malte Martin),  Plausible Possible (médiation), Pascal Le Brun-Cordier

@faiteslaplace

  • Social Design 80%
  • Participation 100%
  • Co-construction 75%

CO-CONSTRUIRE LES FUTURS USAGES

Notre présence a été marquée par une programmation d’action de co-conception et de co-construction autour de thématiques (définies par les restitutions des concertations précédentes, nos observations et les retours des acteurs locaux).

Les échanges autour des thématiques écoute (ambiance musicale), jeux, végétal et saveurs ont produit des prototypes urbains répondant aussi bien à des besoins paysagers qu’à la nécessité de structurer,  accompagner certains usages existants et de créer des moments de rencontre et de convivialité.

L’objectif est donc par la réalisation de dispositifs urbains d’accompagner les usages existants mais aussi de provoquer de nouvelles pratiques de la place.

UNE PLACE ÉVOLUTIVE ET SPONTANÉE

Ces six mois d’expériences à Place des Fêtes ont permis d’affiner les besoins et de restituer les besoins précisés par les réalités du terrain. Ainsi la place des fêtes doit à la fois répondre des besoins de manière durable et pérenne – comme l’attente autour d’une végétation plus visible, plus accessible et offrant une certaine fraîcheur pendant les périodes estivales – tout en permettant la spontanéité de rassemblement citoyen et associatif. L’expérience du CAPLA a confirmé la pertinence d’un outil architectural garantissant l’accueil de rassemblement, d’événement dans de bonne conditions et d’une micro-régie pouvant déployer divers mobiliers au cœur de la place pour accroître les « ambitions » de rassemblement, de rencontre et d’échanges que portes les associations et groupements d’habitants de la place des Fêtes.

MERCI
A tous les habitants, aux usagers de la Place des Fêtes qui ont participé au projet.
Aux associations et acteurs locaux qui ont apporté leur soutien.

Mères en Place
Jeunes en Place
Cafête
Feu Vert
Vergers Urbains
Emmaüs solidarité
Imagine ta place
Centre Sportif des Lilas
Théâtre de Verre
Fabrik coopérative
KickArt
Collège Guillaume Budé
Femmes Marche Exploratoire
Jardin enchanté
Amis de la place

Qu’est-ce-qu’on peut faire

Qu’est-ce-qu’on peut faire

TEST GRANDEUR NATURE

CREER DES SITUATIONS POUR QUESTIONNER LE SITE

QU’EST-CE-QU’ON PEUT FAIRE

Afin d’amorcer l’ouverture progressive au public de certains tronçons de la Petite Ceinture ferroviaire de Paris, le projet «Qu’est-ce qu’on peut faire», interroge les programmes et les usages de cette friche. Nous proposons une réponse différente à cette question chaque samedi. Entre atelier de co-conception d’espace public, workshop de co-construction avec les riverains, conférences et débats autour des questions de la nature en ville et organisation d’événements culturels et festifs, nous entendons questionner et valoriser le caractère de ce lieu, dans son échelle très locale mais aussi plus largement métropolitaine.
Nous avons fait le pari de questionner ces possibles de façon itérative. Chaque évènement est l’occasion de construire un prototype qui interroge le lieu.

 

Date de réalisation : Juillet – Décembre 2016

Lieu :  Petite Ceinture, 12ème, Paris (75)

Contexte : Recherche-action pour préfigurer l’ouverture de la Petite Ceinture au public

Commanditaire : Ville de Paris

Partenaires :
Mairie de Paris, Mairie du XIIe, DEVE, SNCF

Associés :
AP5 (urbaniste), MaDe (paysagiste), What Time is it (anthropologue)

 

gif-yak-blog

  • Réemploi 30%
  • Participation 100%
  • Résilience 80%

LA PETITE CEINTURE POURRAIT ETRE

Des parcours multiples
Le territoire linéaire de la Petite Ceinture est séquencé par des ambiances et des situations urbaines variées. Cela impacte le potentiel
d’accueil de chaque tronçon.

Certaines portions sont vulnérables (verger, roseraie), d’autres très exposées aux riverains (proximité de hôpital Armand-Trousseau, villa du Bel Air), d’autres encore sont si stratégiques au regard leur situation urbaine que leur capacité d’accueil pourrait être maximisée (connexions avenue Daumesnil, Square Charles Peguy, cours de Vincennes). Plutôt que de cloisonner ces espaces, voire d’en interdire l’accès, nous pourrions transcrire la capacité d’accueil propre à chaque tronçon en variant son degré d’aménagement.
L’équipe «qu’est ce qu’on peut faire»

Un plateau polyvalent
La plateforme mobile que nous avons réalisée réinvente le potentiel en terme de mobilité de cet ancien espace ferroviaire. Déplacer des
personnes, de la matière, des outils, installer des activités artistiques, ludiques ou sportives, sont autant de pratiques que nous avons testées au cours de l’étude. De part sa forme, elle permet de desservir les quais des anciennes gares sur toute la Petite Ceinture.
Les quais sont des espaces où les personnes se rassemblent et s’installent naturellement. Depuis longtemps, le dénivelé du quai constitue une assise, et les surlargeurs des terrasses pour la détente.
La plateforme mobile et les anciens quais forment donc un système qui autorise, avec des aménagements minimums, la poursuite des activités et les initiatives sur ce territoire.

Un lieu de ressources
L’aspect « naturel » que l’on confère aujourd’hui à la Petite Ceinture s’est petit à petit substitué à son rôle d’infrastructure. On retrouve un sol de ballast infertile, très drainant, pauvre en humus. Ce constat est particulièrement flagrant sur le tronçon de la villa Bel-Air. Plutôt que de sanctuariser cet espace dont la nature sauvage est bien plus fantasmée que réelle, nous pourrions le transformer en lieu de ressources au service du développement de la nature en ville. Il s’agit de mettre en relation la Petite Ceinture avec son territoire par des transferts réciproques de ressources (plantes, graines, matières végétales, substrat) et de permettre le recyclage des matières sur place : stockage et transformation, fabrication de terre, compost habitants.

L’objectif est ainsi de créer une ressourcerie vivante avec un service de gestion associé à l’entretien des espaces verts.

MERCI
A tous les habitants, aux futurs usagers et aux explorateurs, de la Petite Ceinture qui ont participé au projet.
Aux associations et acteurs locaux qui ont apporté leur soutien.

Interface formation
Conseil Local du Handicap
ESEL
Gar’Eden
Graine de partage
Centre d’animation Maurice Ravel
Le Claje
BPM
Villa Belle Belle Belle
My Street Art Paris
Lud’o’douze

Sauvegarde de la Petite Ceinture
Circul’livre
Art en Balade

Quartier productif

Quartier productif

PREFIGURER UNE ETUDE URBAINE

MERMOZ QUARTIER PRODUCTIF

PROPOSER D’AUTRES LECTURES D’UN TERRITOIRE

Le temps de la résidence, le quartier Mermoz-Turfaudière devient un lieu de prospection et d’expérimentation pour d’autres manières d’appréhender la ville et ses modèles de production.

Cette vision de la ville s’appuie des propositions d’architecture «active», sur un design implicatif: l’architecture est transposée à un rôle d’outil de production de nouveaux imaginaires et de nouvelles formes d’urbanités à partir des ressources locales et des procédés de coproduction.

La résidence offre donc les conditions d’une réflexion prospective ancrée à une vision de l’urbanisme «in-situ», fondée sur le réel et les réalités du territoire, un urbanisme «actif» producteur de vivre-ensemble et de culture.

Date de réalisation : 2016

Lieu : Avranches (50)

Commanditaire : Territoires pionniers – Maison de l’Architecture de Normandie

Partenaires : Direction régionale des affaires culturelles (Drac) de Basse-Normandie, Ville d’Avranches, Communauté de Communes Avranches Mont-Saint-Michel, Caisse des dépôts et consignations, Commissariat général à l’égalité territoriale

gif-yak-blog

  • Réemploi 20%
  • Participation 70%

Après avoir rencontré les différents acteurs du territoire, les associations, le personnel de la Ville et les habitants, YA+K propose une lecture urbaine, paysagère et culturelle du quartier autour du concept de quartier de production.

Cette analyse est complétée par deux semaines d’action dans l’espace public. La réalisation in-situ sera l’occasion de rendre visible la démarche tout en impliquant les acteurs et habitants du quartier dans un processus de réflexion concrétisée par l’action collective.

Des ateliers de co-construction sont organisés avec les différents acteurs locaux et habitants dans un pavillon co-construit par les membres de YA+K et des jeunes d’Avranches. Des événements rythment l’activation et l’appropriation des objets produits.

Les résultats de la résidence nourriront l’étude urbaine programmée.